Le carénage, mode d’emploi et astuces

Le carénage est une étape très importante dans l’entretien d’un bateau. Ce n’est pas forcément technique mais celà demande du temps et de la rigueur. Nous vous dévoilons notre mode d’emploi pour ne pas s’en faire une montagne. Et quelques astuces.

Tout d’abord, répondons à quelques questions qui reviennent souvent.

©actunautique.com

Avant de commencer

Le carénage, pourquoi?

Grosso modo, le carénage consiste à nettoyer la coque et passer l’antifouling. Sauf qu’au passage, on en profite pour changer les anodes et vérifier en général ce qui se passe sur la partie immergée (contrôler les flaps, les embases, qu’il n’y ait pas d’osmose…). Comme nous le disons souvent, “mieux vaut prévenir que guérir”! Contrôler que tout fonctionne correctement en amont de la saison permet d’éviter la plupart des mauvaises surprises.
Le carénage est donc la base d’un bon entretien.

Quand faut-il le faire?

Il est conseillé de le faire avant la saison estivale ou avant que vous ne pensiez venir profiter de votre perle. Dans tous les cas, il est préférable d’anticiper. En effet, il faut prévoir la disponibilité de la grue, de la mise sur bers, du professionnel… et tout celà, vous le savez, c’est une organisation qui se corse quand tout le monde s’y prend au même moment: au printemps!

Chaque combien?

Vous n’avez presque pas navigué cette année, votre bateau est resté à quai… vous concluez qu’il n’est pas nécessaire de caréner. Fausse idée! Plus le bateau navigue, moins la carène se salit. Effectivement, le mouvement limite l’installation des coquillages et des algues.
Il est donc préférable de caréner son bateau chaque année. Tout comme la révision des moteurs, prendre soin de la coque fait partie intégrante d’un bon entretien.

Quel produit choisir pour l’antifouling?

Trés prochainement, nous vous parlerons plus en détails du produit pour l’antifouling. Il en existe une large panoplie sur le marché, avant de se décider il faut tenir compte de plusieurs points: du matériel de la coque, de la vitesse du bateau, de son utilisation, du type de navigation…

Les anodes ne sont pas abîmées, dois-je les changer?

Avant de répondre à cette question, rappelons-nous que la fonction des anodes est d’attirer en premier la corrosion afin d’éviter qu’elle ne s’installe sur des parties importantes. D’où leur nom “anodes sacrificielles”. Ainsi, si elles ne présentent pas d’usure, c’est qu’il y a un problème: une autre pièce fait fonction d’anode tels que l’arbre, l’hélice, l’embase… D’ailleurs, dans le cas contraire, c’est-à-dire, si les anodes s’usent rapidement c’est tout aussi inquiétant. Dans ce cas-là, il s’agit souvent d’une fuite d’électricité, à bord ou dans le voisinage.

Le carénage, mode d’emploi

Pour garantir un carénage parfait, trois étapes sont fondamentales: le nettoyage, l’antifouling et les finitions. Bien évidemment, votre bateau est à sec dans une zone spécifique équipée pour récupérer les eaux usées. Le carénage sauvage est interdit.

 

Le nettoyage de la carène

Caréner un bateau, c’est un peu comme peindre chez soi, rien ne vaut un bon nettoyage. Et c’est la partie la plus longue! Pour celà, on utilise un nettoyeur à haute pression, une raclette pour les coquillages bien incrustés et du papier de verre fin à l’eau pour le calcaire. Pour l’hélice et l’arbre d’hélice, même si ces parties ne sont pas protégées par de l’antifouling, il faut les nettoyer en grattant et en ponçant.
On finit cette première étape en délimitant les zones à ne pas peindre: la ligne de flotaison, la sonde du sondeur, les anodes…

L’antifouling

Avant de passer à la peinture, assurez-vous que la carène est bien sèche. Le temps de séchage est un aspect très important. N’hésitez pas à laisser passer une journée. Ensuite, au rouleau ou au pinceau, il est conseillé d’appliquer deux couches. Aussi, appliquez une bonne dose de produit au niveau de la flottaison. Trés exposée à la lumière, c’est une des zones qui se salissent le plus.
Une fois l’antifouling passé, les adhésifs doivent être retirés trés rapidement. En cas contraire, vous risquez de retirer aussi de la peinture. De plus, les adhésifs ne supportent pas le soleil… et pour un bon séchage, rien de tel que quelques rayons!

Les finitions

Si le nettoyage est l’étape la plus longue, les finitions font la différence. Quand le bateau est remis à l’eau, c’est le moment de gratter et passer l’antifouling sur les zones cachées par les patins. Aussi, profitez-en pour mettre les anodes. Finalement, vérifiez que le bateau ne prend pas l’eau 😉

 

Autour de ce mode d’emploi et de ces quelques conseils, bien d’autres éléments sont à tenir en compte. Pour cette raison, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel. Contactez-nous –> info@privilege-yacht.com / +34 972 453 622; +34 616 803 971

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *